AccueilAccueil  GalerieGalerie  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 « The Fool on the Hill - Shuuhei Minami »

Aller en bas 
AuteurMessage
Demetrius B. Warhol; Adri
    Admin Evy
    Don't worry, be junkie.

avatar

Messages : 1143
Date d'inscription : 13/01/2008
Age : 78
Localisation : À côté du système de son, à écouter les Beatles à fond ♥.

MessageSujet: « The Fool on the Hill - Shuuhei Minami »   Jeu 24 Juin - 22:33



The fool on the hill sees the sun going down
And the eyes in his head see the world spinning 'round.



    L'été n'était pas sa saison favorite. Pas plus que toutes les autres. Il n'avait pas de saison proprement dite '' favorite ''. Enfin, si il avait eu à en choisir une, il aurait sans doute opté pour l'automne. Il aimait bien voir les feuilles changer de couleur et tomber au sol, il aimait entendre le chant du vent à travers celles qui étaient mortes, il aimait la température douce et fraîche de cette période de l'année, il aimait aussi les couchers de soleil particulièrement fameux de cette saison. En fait, il aimait les couchers de soleil en général. Lorsqu’il était jeune, il croyait qu'il y avait plusieurs soleils. Comment une seule étoile pouvait-elle éclairer la Terre entière ? Il se le demandait toujours. Tant de questions étaient sans réponses. L'Univers entier était une énorme question qui n’obtiendrait malheureusement jamais d'explication. Pourquoi ... Pourquoi tout était tout ? Pourquoi les choses étaient ainsi et pas autrement, pourquoi le monde était le monde et pas autre chose, pourquoi ... Pourquoi ? Pourquoi il était là, lui Adrian James Clayton, debout sur une colline qui se trouvait en plein milieu du parc, à penser à tout ça avec un détachement qui lui était propre ? Après quelques minutes, il finit par chasser ces pensées misérables d’un soupir découragé. Ses questionnements l'énervaient terriblement. Il fallait TOUJOURS qu'il se casse la tête pour rien, absolument rien. Enfin ...

    Il s'était toujours demandé pourquoi il était plus ... original que la plupart des gens. Il était plutôt ''has-been'', s'habillait, disons, d'une manière fort précise, était étrange et se mutilait. Pourquoi avait-il fallu que lui soit ''étrange'' et pas un autre ? Enfin, il n'était pas le seul original de cette Terre ( Dieu sait qu'elle en portait ), mais ... Oh, et puis encore un ''pourquoi'', un autre habitant dans le pays des questions inexpliquables. La silouhette qui se trouvait au beau milieu d'un monticule qui semblait sorti de nul part se mit à se dandiner légèrement, puis s'immobilisa quelques secondes après. Ses yeux foncés se portèrent sur ses poignets, et il releva légèrement sa manche; des cicatrices, certaines pâles, d'autres plus récentes apparaissaient sur ses avants-bras ... À cause de lui-même. Un mince sourire s'afficha sur ses lèvres, sourire qui fut bref; il n'affichait ses émotions qu'à lui-même, et très peu longtemps. Il se surprit à penser qu'il devait avoir l'air un peu idiot, là, planté comme un soldat qui attend quelconque ordre.

    L'idiot sur la colline ... Oui, c'était bien lui. Cet étrange individu, vêtu d'un manteau noir en plein été, ses cheveux décoiffés - comme à l'habitude -, son regard plongé dans le vide, semblant regarder partout et nul part à la fois, cet air indifférent et absent sur le visage ... Il était là, parfaitement droit comme un drôle de phénomène - n'en était-il pas un ? -, sifflotant doucement une mélodie vague mais qui lui rappellait quelque chose dont il ne se souvenait pas, un souvenir futile, volatile, qui s'échappait dès que l'on mettait la main dessus. Il avait beau essayer, il en était incapable ... Il connaissait cette chanson, merde. Enfin ... Nouveau soupir. L'idiot sur la colline s'assit finalement sur la surface herbeuse de son endroit préféré et sortit son paquet de clopes avant de s'en allumer une. Le soleil se couchait peu à peu, teintant le ciel de magnifiques couleurs chaudes et attrayantes.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=mwMdO3HK_ws
Inaya Vaughan
    Rock and Roll all night, Bitch !

avatar

Messages : 1643
Date d'inscription : 13/01/2008
Age : 25

MessageSujet: Re: « The Fool on the Hill - Shuuhei Minami »   Ven 25 Juin - 22:41

    The Fool, ce serait lui. D'ailleurs, ce mot lui collait très bien à la peau, à croire que les gens ne savaient pas différencier l'originalité d'un trouble mental, vous voyez le genre ? C'est cependant quelque chose qui ne se fait pas, sinon il manquerait forcément de place dans les asiles ; tout le monde est original à sa façon, où alors vous êtes considérés comme des sosies de la société, des conformistes. Ce mot lui donnait d'ailleurs de désagréables frissons, jamais il n'avait suivi cette voie & il ne désirait pas le faire dans sa vie. Grand, toujours habillé de façon originale -- ou presque - & il avait une belle gueule. Quoi demander de mieux ? Il était le prince de Harajuku, celui qui ne tomberait jamais dans les draps de la conformité.

    Mais bon, trêve de détails inutiles sur sa personne, Shuuhei avait entrepris une visite de reconnaissance à Glamourous Vip. D'ailleurs, il s'était rendu beaucoup trop loin dans sa visite de la ville, puisqu'il était maintenant près d'une colline. Merde, il s'était perdu comme un bel imbécile. Il devait avouer que ce n'était pas une très bonne idée, de ne pas trainer de carte ou autre. Il aurait peut être l'air d'un de ces touristes asiatiques, mais au moins il ne se serait pas retrouvé dans un endroit pareil. Et d'ailleurs, maintenant qu'il y pensait, c'était une des rares fois où il pouvait admirer la nature à son meilleur ; à Harajuku, ce n'est pas comme s'il y avait de la verdure partout. Tokyo n'était pas le meilleur endroit pour admirer la nature .. d'ailleurs.

    Le soleil couchant l'aveugla momentanément. Retrouvant quelques secondes plus tard l'usage de ses yeux, le japonais replaça une mèche de ses cheveux qui était venue s'interposer entre ses yeux & sa vue ... il aperçu finalement un homme, debout. Il avait l'air d'attendre quelque chose, mais que pouvions nous attendre dans un endroit pareil ? Il finit par s'asseoir avant de se mettre une clope au bec. Lui qui était perdu, hésita à aller lui demander son chemin, après tout, il n'avait pas l'air plus sain d'esprit que lui même, ce qui lui soutira un mince sourire. Un autre original peut être ? Il était beaucoup plus à l'aise avec ce genre de personne, à vrai dire .. Il s'approcha finalement de lui, puis se tint immobile près de lui. Il parlait très bien anglais, cependant son accent devait certainement dévoiler son pays d'origine.

      _« Désolé de vous déranger ... vous savez par où aller pour sortir de cet endroit ? »


    Son ton était aimable, mais il ne considérait pas son interlocuteur comme un vieux ou encore une personne à qui il devait le respect. D'ailleurs, il ne devait pas avoir plus de 10 ans d'écart entre eux, en fait la réponse était 5, mais il ne savait pas. Il fallait lui pardonner, Harajuku est une ville tellement urbaine, il n'avait simplement pas l'habitude de ce genre d'endroit ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://new-day2.forumactif.com
Demetrius B. Warhol; Adri
    Admin Evy
    Don't worry, be junkie.

avatar

Messages : 1143
Date d'inscription : 13/01/2008
Age : 78
Localisation : À côté du système de son, à écouter les Beatles à fond ♥.

MessageSujet: Re: « The Fool on the Hill - Shuuhei Minami »   Dim 27 Juin - 17:41

    En y repensant bien, The Fool irait à tout le monde. Tout le monde était un soi peu idiot, imbécile, original, aliéné, et qui sait quoi d'autre encore. Enfin, ça allait par degrés quoi. Lui, par exemple, était bizarre, il en avait conscience et il l'assumait totalement. Spécial ? Certes, mais il aimait être comme ça, voilà tout, suivre la masse était très déplaisant à ses yeux ... Il avait déjà essayé, lors de ses jeunes années. Il devait avoir environ une douzaine de printemps, juste pour voir ce que ça faisait d'être jugé ''normal'' par cette putain de société, et il était arrivé à l'école avec des vêtements qu'il avait empruntés à ... Euh, longue histoire. Enfin, il avait adopté cette atitude fraîche - et répugnante - qui rendait les gars si populaires, et s'était fait, en un temps record, plein de nouveaux ''amis'', qui le lâchèrent dès le lendemain, lorsqu'il réintégra une bonne fois pour toutes sa propre personnalité. Quelle terrible expérience ! Il en avait encore des frissons. Enfin, les autres jeunes gens ne s'en formalisèrent pas, mais pas du tout, étant habitués aux étranges expériences du docteur Adrian d'Adrian - film d'horreur mouhahaha -. Comme la fois où il n'avait pas parlé de la journée, préférant s'exprimer à l'aide du langage des signes ... Ou alors ce jour où il avait emprunté un fauteuil roulant pour ... Enfin, trêve de souvenirs idiots.

    Le jeune homme prit une seconde taffe tout en regardait le soleil se défiler ... Quel lâche ! Il le laissait en plan, lui, son ami de toujours, l'homme qui vivait pour lui, il laissait la place à madââââme la lune, si capricieuse, si détestable ... Enfin, dans la tête d'Adi'. Il aimait bien s'inventer de magnifiques histoires avec tout ce qui lui passait sous le nez, que ce soit un écureuil ou une poivrière. Combien de fois on lui avait dit qu'il avait trop d'imagination ! Il avait arrêté de les compter. Ça l'agaçait au plus au point, lui qui, habituellement, tolérait les remarques, même si elles étaient pour la plupart assez injustes. Pourquoi les gens voulaient-ils l'empêcher de rêver un peu, pourquoi l'enchaînaient-ils constemment dans ce monde dégueulasse, pourquoi ? Il ne voulait que vivre merde, à sa manière certes, mais ne vivait-il pas dans un pays libre ? Le rêve américain, pff, tu parles. Il était bien mieux en Angleterre, dans sa ville chérie, et à bien y penser, Liverpool lui manquait horriblement. Un soupir s'échappa de la bouche d'Adrian, qui se recroquevilla sur lui-même. Il s'emmerdait terriblement ... La solitude le tuait peu à peu. Certes, il aimait beaucoup cette drôle d'amie, mais à la longue, elle l'étouffait, lui empêchant de découvrir le monde.

    Une voix l'interpella soudainement. Il se retourna pour voir son interlocuteur, un jeune homme qui semblait dans la vingtaine, ou du moins en être très proche. Sa peau était pâle, et il était plutôt mince, sans toutefois avoir l'air d'un anorexique en détresse. Ses cheveux noirs étaient presque parfaitement coiffés - tout le contraire du jeune Anglais -, ses yeux foncés étaient entourés d'un épais trait de eyeliner ... noir, vous l'aurez deviné, et ses vêtements étaient eux aussi couleur nuit, mais ce look plutôt original lui allait très bien. Hum ... Voilà, il n'était plus seul. L'inconnu lui demanda où était la sortie du parc, et Adrian se retourna vers le soleil.

    - Vous êtes sûr que vous voulez partir ? On pourrait discuter un peu. M'enfin. Vous descendez par là et vous suivez le sentier, il vous mènera à coup sûr à une sortie.

    Lâcha-t-il doucement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur https://www.youtube.com/watch?v=mwMdO3HK_ws
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: « The Fool on the Hill - Shuuhei Minami »   

Revenir en haut Aller en bas
 
« The Fool on the Hill - Shuuhei Minami »
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche Technique de Minami
» Silent Hill -Film
» [UPTOBOX] Hamburger Hill [DVDRiP]
» Alyna Minami
» Primrose Hill

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Glamourous VIP :: » Archives :: 
    La Corbeille
-
Sauter vers: